was successfully added to your cart.

Panier

Vieillissement : et si nous remplacions la perspective de la perte par celle de l’épanouissement?

Par 13 novembre 2020Blogue

Par Diane Poirier, professeure accréditée du CTY

Peut-être y aurait-il lieu de réorienter la perspective du vieillissement vers la perspective de l’épanouissement intégral des personnes. Notre société axée vers la performance économique est obnubilée par le matériel et le consumérisme entretient l’insécurité à ce premier niveau. Nos systèmes d’éducation et nos carrières nous incitent trop souvent à sacrifier nos singularités personnelles.

La cadence et la charge de travail menacent notre santé mentale. La laïcité a quasiment réussi à renvoyer dans l’ombre toute vie spirituelle.

Imaginez une poupée russe comportant 5 corps emboîtés, allant du plus matériel au plus subtil: 1) le corps physique; 2) le corps énergétique (souffle); 3) le corps mental et émotionnel; 4) notre personnalité profonde et unique; 5) notre être spirituel. La tradition du yoga, se référant à la Taittiya upanishad (composée entre -600 et -500), nous enseigne que l’être humain est un système à 5 niveaux ou couches superposées (les Koshas). Dans la relation d’enseignement ou de soins, il faut “syntoniser le bon canal” pour accéder à ce qui peut “déverrouiller” le système et permettre d’entrer réellement en relation avec la personne.  Les bons enseignants et les bons soignants font cela d’instinct.

Le coronavirus affecte le système respiratoire. Il s’en prend au souffle vital, au corps énergétique. Les personnes âgées sont les plus affectées. Les jeunes et les lieux où circule mieux le prana (énergie vitale selon le yoga) sont moins à risque.  Les soins aux personnes âgées (et notre médecine en général) sont centrés sur le maintien du corps physique, oubliant trop souvent de considérer que le bien-être des autres corps de la personne humaine pourrait grandement contribuer à la prévention, au maintien et au rétablissement de l’équilibre d’une santé globale.

La personne âgée est considérée et se considère souvent elle-même en perte, regardant par la lorgnette du corps physique.

Le troisième tiers de la vie peut devenir un grand projet d’exploration et d’épanouissement…

Tant individuellement que collectivement, élargissant notre point de vue sur la personne humaine, le troisième tiers de la vie peut devenir un grand projet d’exploration et d’épanouissement des dimensions trop souvent négligées de nos multiples corps humains.

 


Bibliographie sélective :

  • Martine Buttex, 108 upanishads, Dervy 2012, p. 304-305.
  • TKV Desikachar et Peter Hersnack, Au-delà du corps : essai à partir de la Taittiriya upanisad, Les cahiers de Présence d’Esprit, 2007.

Inspiration de Diane : Visio conférence de Daniel Pineault du 16 mai 2020

Pour consulter le pdf original de la publication de ce texte Lectures d’été – Article de Diane Poirier